JEAN VANIER est décédé.

#vanier , #L'Arche La Vallée , #arche de la vallée , #handicap

JEAN VANIER, FONDATEUR DE L’ARCHE, EST MORT.

Jean Vanier, le fondateur des communautés de L’Arche accueillant à travers le monde des personnes avec une déficience intellectuelle, est décédé aujourd’hui mardi 7 mai à 2h10 à Paris, à l’âge de 90 ans. L’annonce en a été faite par Stephan Posner et Stacy Cates-Carney, les deux responsables de L’Arche Internationale : « Jean nous a quittés au terme d'une longue vie d’une exceptionnelle fécondité. Sa communauté de Trosly, l’ensemble de L’Arche, Foi et Lumière, de nombreux autres mouvements et des milliers de personnes auront été nourris de sa parole et de son message.».

JEAN VANIER LAISSE UNE ŒUVRE CONSIDÉRABLE

Outre L’Arche, il a cofondé Foi et Lumière et inspiré la création de nombreuses autres associations. Il a publié une quarantaine d’ouvrages et influencé des milliers de personnes dans le monde, illustres ou anonymes. Artisan de paix, il n’a jamais cessé de témoigner de la richesse de la fraternité avec les plus fragiles, et de vouloir rendre aux personnes ayant une déficience intellectuelle leur dignité et leur place dans la société.

UNE VIE AU RAYONNEMENT UNIVERSEL

Jean Vanier nait le 10 septembre 1928 à Genève. À 13 ans, il s’engage au Collège de la Royal Navy à Dartmouth en pleine seconde guerre mondiale. En 1945, son père étant ambassadeur du Canada à Paris et sa mère, déléguée de la Croix -Rouge, Jean participe à l’accueil des survivants des camps de concentration à Paris. Il en est marqué profondément. Son père, George Vanier est nommé gouverneur général du Canada en 1959.

Jean quitte la marine à 23 ans « pour suivre Jésus et œuvrer à la paix ». En 1962, il obtient un doctorat en philosophie. En 1964, à 36 ans, il rencontre le monde du handicap : « J’ai visité des asiles et j’ai découvert un vaste monde de souffrance que j’ignorais absolument. J’avais été dans un monde d’efficacité dans la marine ou un monde intellectuel à travers les études. Et là j’étais devant un monde d’appel et cela m’a bouleversé. » (Jean Vanier)

En août 1964, il invite deux personnes ayant un handicap intellectuel, à venir vivre avec lui dans une petite maison de l’Oise, à Trosly-Breuil qu’il baptise « L’Arche ». Ils y partagent une vie quotidienne simple, faite d’entraide et d’amitié.

La petite maison de L’Arche est rapidement trop petite pour accueillir les volontaires sensibiliséspar ses conférences et les personnes handicapées heureuses de sortir de lourdes institutions. Les « foyers» se multiplient en France et dans le monde : Canada en 1969, Inde en 1970, Côte d’Ivoire en 1974, Haïti en 1975, Australie en 1978... Sur les 5 continents, dans des contextes religieux et culturels très divers, cet art de « vivre ensemble » se répand largement. Dès 1981, il se retire des responsabilités opérationnelles de L’Arche, laissant d’autres reprendre le flambeau. L’Arche est aujourd’hui une Fédération de 154 communautés dans 38 pays.

Il a aussi fondé avec Marie-Hélène Mathieu, en 1971, Foi et Lumière, une organisation qui rassemble chaque mois des personnes en situation de handicap intellectuel, leur famille et leurs amis. Aujourd’hui, il existe environ 1450 groupes, dans 85 pays.

UNE PAROLE QUI RELÈVE LES PERSONNES HUMILIÉES

Ayant préparé sa relève, Jean s’est retiré il y a plus de 20 ans des exécutifs de L’Arche et de Foi et Lumière. Une décision exemplaire pour un fondateur et une marque de sagesse. Il se consacrait depuis lors à sa mission d’artisan de paix et de témoin de la fraternité avec les plus humbles. Il recevait chez lui nombre de visiteurs du monde entier de toutes origines et de toutes conditions.

Jean n’a cessé de publier afin de témoigner de l’essentielle contribution des personnes ayant une déficience intellectuelle pour édifier ensemble une société plus humaine. Appuyé sur son expérience quotidienne, il a rappelé incessamment les dons de ceux que la société laisse aux oubliettes. Jean Vanier savait mettre au service des personnes ayant une déficience intellectuelle, la puissance de son éloquence, de son intelligence, de sa force spirituelle dans les cercles religieux ou laïcs, professionnels ou politiques aux quatre coins du monde. Ses livres ont été traduits dans 29 langues.

Jean Vanier a reçu de nombreuses récompenses dont la Légion d’honneur (commandeur en 2017), Compagnon de l’Ordre du Canada, le prix Pacem in Terris en 2013 et le prix Templeton qu’il a reçu en 2015.

Liste complète de ses ouvrages et de ses distinctions dans le dossier de presse sur le site internet mémorial : JeanVanier.larche.org

CONTACT : jvcommunication@larche.org